© chamrousseweb.info 2006-2019 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales
sismicité dans le massif de Belledonne
Au   risque   de   décevoir   les   amateurs   de   scénarios   catastrophe,   l'activité   sismique   reste   faible   tant   à   Chamrousse   que   dans   tout   le   massif   de   Belledonne.   Bien   sûr, elle   existe   comme   dans   tout   l'arc   alpin,   mais   lorsqu'elle   occasionne   des   dégâts,   ceux-ci   sont   en   général   de   peu   d'importance.   Chamrousse   est   classée   en   risque   de sismicité moyenne. Depuis   la   nuit   des   temps,   la   chaîne   de   Belledonne   n'est   pas   inerte.   Elle   continue   à   se   soulever   à   raison   de   1   mm   /   an .   Elle   se   déplace   de   0,1   mm   à   1   mm   /   an    en direction du sud-ouest. Le séisme de 2006 lui a fait, d'un coup, glisser de quelques millimètres supplémentaires. Patience donc, car dans 200 millions d'années, la station des Sept-Laux aura pris la place de celle de Chamrousse ! Depuis   1989,   le   réseau   Sismalp    enregistre   tous   les   séismes   de   la   région.   On   pourra   ainsi   repérer   dans   la   carte   ci-dessous   les   derniers   tremblements   de   terre   affectant le   sud   du   massif   de   Belledonne,    d'une   magnitude   minimale   de   2.   Leur   magnitude   était   faible   et   aucun   dégât   n'avait   été   à   déplorer   (dernier   séisme   enregistré   vers Chamrousse : le 25 février 2008 à 18h07).
cas de Grenoble
Si        Belledonne        et        Chamrousse paraissent     à     l'abri     de     catastrophes majeures   dues   aux   séismes,   Grenoble continue    à    vivre    sous    la    menace    de dégâts autrement plus importants. Pourquoi ? Le      socle      rocheux      du      massif      de Belledonne            permet            d'amortir rapidement   les   ondes   générées   par   les secousses     telluriques,     et     ainsi     d'en atténuer         largement         les         effets dévastateurs. A     l'inverse,     Grenoble     est     construite dans     une     vallée,     creusée     par     les glaciers,   remplie   par   des   centaines   de mètres   de   sédiments   (sables,   argiles   et graviers).   Or,   les   ondes   se   propagent moins   vite   en   milieu   "mou"   qu'en   milieu "rigide".     De     plus,     elles     se     trouvent piégées       dans       la       cuvette,       voire amplifiées avec un effet de résonance. L'alerte   la   plus   sérieuse   date   de   1976 lorsque   les   tours   de   28   étages   de   l'Ile- Verte         de         Grenoble         vibrèrent suffisamment   pour   causer   une   certaine frayeur à leurs occupants. Cela étant, il faut raison garder car - bien heureusement - la région grenobloise n'est en rien comparable à d'autres zones autrement plus exposées sur la planète.
séisme du 9 mars 1992 à St-Martin d'Uriage heure : 2h 54mn magnitude : 2,3 profondeur : 6 km séisme du 3 décembre 2000 à St-Martin d'Uriage heure : 5h 24mn magnitude : 2,3 profondeur : 11 km séisme du 8 mai 2006 à St-Martin d'Uriageh eure : 18h 08mn magnitude : 2 profondeur : 5 km séisme du 25 février 2008 à St-Martin d'Uriage heure : 18h 07mn magnitude : 2 profondeur : 7 km
cartes sur la localisation des séismes dans la région de Chamrousse & de la faille de Belledonne cliquer sur chacune de ces cartes pour les agrandir
origine des séismes dans la
chaîne de Belledonne Une    faille    verticale,    dite    " faille bordière     de     Belledonne ",     est sous   nos   pieds   à   une   profondeur allant   de   5   à   10   km.   Située   sur   la bordure   ouest   du   massif,   orientée nord-est     /     sud-ouest,     elle     est totalement invisible en surface. Cette    faille    permet    le    glissement de    la    chaîne    vers    le    sud-ouest, tandis   que   la   Chartreuse   opère   un mouvement   inverse   vers   le   nord- est.
en savoir davantagesur la géologie des Alpes * * * le site geol-alp s'est fixé comme objectif de faire découvrir la constitution géologique des Alpes françaises. Le site recèle une mine d'informations, avec de nombreuses photos et illustrations commentées. A visiter absolument !
sismicité dans le massif de Belledonne
Au   risque   de   décevoir   les   amateurs   de   scénarios   catastrophe,   l'activité sismique   reste   faible   tant   à   Chamrousse   que   dans   tout   le   massif   de Belledonne.    Bien    sûr,    elle    existe    comme    dans    tout    l'arc    alpin,    mais lorsqu'elle    occasionne    des    dégâts,    ceux-ci    sont    en    général    de    peu d'importance. Chamrousse est classée en risque de sismicité moyenne. Depuis   la   nuit   des   temps,   la   chaîne   de   Belledonne   n'est   pas   inerte.   Elle continue   à   se   soulever   à   raison   de   1   mm   /   an .   Elle   se   déplace   de   0,1 mm   à   1   mm   /   an    en   direction   du   sud-ouest.   Le   séisme   de   2006   lui   a   fait, d'un coup, glisser de quelques millimètres supplémentaires. Patience   donc,   car   dans   200   millions   d'années,   la   station   des   Sept-Laux aura pris la place de celle de Chamrousse ! Depuis   1989,   le   réseau   Sismalp    enregistre   tous   les   séismes   de   la   région. On   pourra   ainsi   repérer   dans   la   carte   ci-dessous   les   derniers   tremblements de   terre   affectant   le   sud   du   massif   de   Belledonne,    d'une   magnitude minimale   de   2.   Leur   magnitude   était   faible   et   aucun   dégât   n'avait   été   à déplorer   (dernier   séisme   enregistré   vers   Chamrousse   :   le   25   février   2008   à 18h07).
cas de Grenoble
Si   Belledonne   et   Chamrousse   paraissent   à   l'abri   de   catastrophes majeures   dues   aux   séismes,   Grenoble   continue   à   vivre   sous   la menace de dégâts autrement plus importants. Pourquoi ? Le    socle    rocheux    du    massif    de    Belledonne    permet    d'amortir rapidement   les   ondes   générées   par   les   secousses   telluriques,   et ainsi d'en atténuer largement les effets dévastateurs. A   l'inverse,   Grenoble   est   construite   dans   une   vallée,   creusée   par les   glaciers,   remplie   par   des   centaines   de   mètres   de   sédiments (sables,   argiles   et   graviers).   Or,   les   ondes   se   propagent   moins vite    en    milieu    "mou"    qu'en    milieu    "rigide".    De    plus,    elles    se trouvent   piégées   dans   la   cuvette,   voire   amplifiées   avec   un   effet de résonance. L'alerte   la   plus   sérieuse   date   de   1976   lorsque   les   tours   de   28 étages   de   l'Ile-Verte   de   Grenoble   vibrèrent   suffisamment   pour causer une certaine frayeur à leurs occupants. Cela étant, il faut raison garder car - bien heureusement - la région grenobloise n'est en rien comparable à d'autres zones autrement plus exposées sur la planète.
origine des séismes dans la
chaîne de Belledonne Une    faille    verticale,    dite    " faille bordière    de    Belledonne ",    est sous       nos       pieds       à       une profondeur   allant   de   5   à   10   km. Située   sur   la   bordure   ouest   du massif,   orientée   nord-est   /   sud- ouest,      elle      est      totalement invisible en surface. Cette   faille   permet   le   glissement de   la   chaîne   vers   le   sud-ouest, tandis   que   la   Chartreuse   opère un   mouvement   inverse   vers   le nord-est.
en savoir davantagesur la géologie des Alpes * * * le site geol-alp s'est fixé comme objectif de faire découvrir la constitution géologique des Alpes françaises. Le site recèle une mine d'informations, avec de nombreuses photos et illustrations commentées. A visiter absolument !
© chamrousseweb.info 2006-2019 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales