© chamrousseweb.info 2006-2019 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales
vie des chartreusines à  Prémol
Dans   son   ouvrage   paru   en   1882   -   la   Chartreuse   de   Prémol,   près   Uriage    -   J.J.A.   Pilot   écrivait   " il   y   a   là   quelque   chose   qui   attriste   l'âme   et   l'afflige   ;   c'est   l'aspect   de bâtiments   en   ruines.   Aux   ravages   de   l'homme   se   sont   joints   ceux   du   temps   et   du   climat.   Il   ne   reste   plus   de   l'église   et   du   cloître   qu'un   amas   de   décombres   :   quelques pans   de   murailles,   un   portail   à   plein   cintre,   une   fenêtre   à   ogive   avec   ses   trèfles   et   des   arceaux   de   voûte.   Il   n'y   a   debout   et   bien   entretenue   qu'une   maison,   la   seule habitée, celle du garde forestier ". Encore,   à   cette   époque,   était-il   permis   de   s'imprégner   d'un   passé   révolu   parmi   ces   ruines.   De   nos   jours,   celles-ci,   à   de   rares   exceptions   près,   ne   sont   même   plus visibles   car   les   derniers   pans   de   murs   se   sont   écroulés   pour   être   recouverts   d'une   épaisse   végétation.   Pour   la   plupart   d'entre   eux,   les   nombreux   visiteurs   de   ces   lieux ne savent même pas que, là, vécurent des religieuses durant plus de cinq siècles et demi ! Les   religieuses   chartreuses   suivaient   la   même   règle   que   les   chartreux   ;   comme   eux,   elles   se   levaient   la   nuit   pour   les   matines,   récitaient   les   mêmes   offices,   étaient soumises aux mêmes jeûnes et à une rigoureuse abstinence de viandes, même en cas de maladie extrême. Mais,   alors   que   les   chartreux   étaient   tenus   de   manger   isolément   dans   leurs   cellules   (hormis   les   dimanches   et   jours   de   fêtes),   et   qu'ils   ne   pouvaient   converser ensemble   qu'à   certains   jours   marqués,   les   chartreuses   prenaient   en   communauté   leurs   repas   et   pouvaient   faire   une   promenade   extérieure.   Cette   promenade,   permise par les anciens statuts de l'ordre et correspondant au spatiement (*)  des chartreux, a été changée en récréation en commun à dater du XVI ème  Siècle. Les moniales de Prémol menaient donc une vie austère, n'usant que d'aliments maigres, d'oeufs, de laitage, de fruits... (*)   spatiement   (prononcer   spaciment )   est   un   terme   en   usage   chez   les   chartreux.   Il   signifie   la   promenade   que   ceux-ci   prennent   quelquefois   dans   leur   enclos   ou   dans les champs voisins.
Maître-autel   de   l’église   de   Vaulnaveys-le-Haut,   en   provenance   probable   de   la   Chartreuse   de   Prémol,   datant de    1756,    classé    aux    Monuments    historiques    le    31    décembre    2002.L’autel    mesure    3,30    m    sur    une profondeur   de   1,20   m   ;   il   est   en   bois   :   taillé,   doré,   peint.   Il   s’agit   d’un   autel   tombeau   galbé   peint   en   faux marbre,   encadré   de   moulures   dorées.   Il   serait   l’œuvre   d’Albert   Claude   *   (informations   extraites   d’une   notice de   la   base   du   patrimoine   Mobilier-Palissy   qui   recense   le   patrimoine   mobilier   français   au   ministère   de   la Culture). * aucune information n’a pu être obtenue sur se sculpteur
© chamrousseweb.info 2006-2019 - Site non commercial édité par l’Association CHA’mrousse - plan du site - mentions légales
vie des chartreusines à Prémol
Dans   son   ouvrage   paru   en   1882   -   la   Chartreuse   de   Prémol,   près   Uriage   -   J.J.A.   Pilot   écrivait   " il   y   a   là   quelque   chose   qui   attriste   l'âme   et   l'afflige   ; c'est   l'aspect   de   bâtiments   en   ruines.   Aux   ravages   de   l'homme   se   sont joints   ceux   du   temps   et   du   climat.   Il   ne   reste   plus   de   l'église   et   du   cloître qu'un   amas   de   décombres   :   quelques   pans   de   murailles,   un   portail   à   plein cintre,   une   fenêtre   à   ogive   avec   ses   trèfles   et   des   arceaux   de   voûte.   Il   n'y a   debout   et   bien   entretenue   qu'une   maison,   la   seule   habitée,   celle   du garde forestier ". Encore,   à   cette   époque,   était-il   permis   de   s'imprégner   d'un   passé   révolu parmi   ces   ruines.   De   nos   jours,   celles-ci,   à   de   rares   exceptions   près,   ne sont   même   plus   visibles   car   les   derniers   pans   de   murs   se   sont   écroulés pour   être   recouverts   d'une   épaisse   végétation.   Pour   la   plupart   d'entre   eux, les   nombreux   visiteurs   de   ces   lieux   ne   savent   même   pas   que,   là,   vécurent des religieuses durant plus de cinq siècles et demi ! Les   religieuses   chartreuses   suivaient   la   même   règle   que   les   chartreux   ; comme    eux,    elles    se    levaient    la    nuit    pour    les    matines,    récitaient    les mêmes   offices,   étaient   soumises   aux   mêmes   jeûnes   et   à   une   rigoureuse abstinence de viandes, même en cas de maladie extrême. Mais,   alors   que   les   chartreux   étaient   tenus   de   manger   isolément   dans leurs    cellules    (hormis    les    dimanches    et    jours    de    fêtes),    et    qu'ils    ne pouvaient     converser     ensemble     qu'à     certains     jours     marqués,     les chartreuses   prenaient   en   communauté   leurs   repas   et   pouvaient   faire   une promenade   extérieure.   Cette   promenade,   permise   par   les   anciens   statuts de    l'ordre    et    correspondant    au    spatiement    (*)     des    chartreux,    a    été changée en récréation en commun à dater du XVI ème  Siècle. Les   moniales   de   Prémol   menaient   donc   une   vie   austère,   n'usant   que d'aliments maigres, d'oeufs, de laitage, de fruits... (*)   spatiement   (prononcer   spaciment )   est   un   terme   en   usage   chez   les chartreux.   Il   signifie   la   promenade   que   ceux-ci   prennent   quelquefois   dans leur enclos ou dans les champs voisins.
Maître-autel   de   l’église   de   Vaulnaveys-le-Haut,   en   provenance   probable   de   la Chartreuse   de   Prémol,   datant   de   1756,   classé   aux   Monuments   historiques   le 31   décembre   2002.L’autel   mesure   3,30   m   sur   une   profondeur   de   1,20   m   ;   il est   en   bois   :   taillé,   doré,   peint.   Il   s’agit   d’un   autel   tombeau   galbé   peint   en   faux marbre,   encadré   de   moulures   dorées.   Il   serait   l’œuvre   d’Albert   Claude   * (informations   extraites   d’une   notice   de   la   base   du   patrimoine   Mobilier-Palissy qui recense le patrimoine mobilier français au ministère de la Culture). * aucune information n’a pu être obtenue sur se sculpteur